learfix"> sive_in_wrapper(); // wrapper hook ?>
Raw_Cover

Magic Lantern : La deuxième révolution des HDSLR

Équinoxe, par Armada Films

L’appareil DSLR a complètement révolutionné le monde de la vidéo. Les professionnels ont été frappés par son aptitude à pouvoir capturer des images en lumière faible. À son arrivée sur le marché, le DSLR coûtait moins cher que plusieurs caméscopes professionnels et semi-professionnels et il offrait beaucoup plus de contrôle. Que l’on soit professionnel ou passionné, on est en constante recherche d’un contrôle absolu de l’image. On veut un outil qui nous permet de mieux contrôler la lumière et les couleurs, afin d’offrir un résultat qui ressemble le plus fidèlement à ce qu’on avait imaginé. Si on pouvait se le permettre, on s’achèterait des EPIC RED Dragon et des ARRI Alexa. Malheureusement, ce genre de caméras est hors de portée pour la plupart d’entre nous. C’est la raison pour laquelle on se tourne vers le DSLR. Cependant, bien qu’ils nous offrent de la latitude sur plusieurs points, les DSLR ne sont pas capables de sortir du vidéo RAW. Et comme beaucoup d’entre vous le savent, le format natif H264 n’est pas un format qui nous donne beaucoup de jeu en post-production. Dernièrement, le programme Magic Lantern a permis un pas de géant en offrant aux professionnels ce qu’ils voulaient depuis l’arrivée du RAW en vidéo. Ils ont permis à plusieurs appareils DSLR de finalement produire du piétage RAW. Chez Armada Films, nous avons tout de suite sauté sur l’occasion pour tester ce nouveau procédé avec la 5D Mark II. Cet article fera part de nos observations et de notre avis par rapport aux différents tests effectués.

Magic Lantern est un programme complètement indépendant qui roule en parallèle avec le software des caméras Canon. Il offre plusieurs fonctionnalités qui ne sont pas disponibles avec le firmware de Canon. L’une de ces fonctionnalités est de pouvoir capter des images et les sortir en RAW directement de l’appareil. C’est quelque chose dont plusieurs professionnels rêvaient depuis longtemps. La première journée que le module RAW de Magic Lantern est sorti, Louis est venu me demander mon avis à savoir si on devrait l’essayer ou non. J’ai réfléchi pendant quelques secondes parce que je savais que Magic Lantern n’était pas soutenu par Canon et que si Magic Lantern endommageait l’appareil, la garantie Canon ne serait plus valide. Par ailleurs, on envisageait de faire du RAW avec un DSLR. Nous avons donc décidé d’installer Magic Lantern sur notre 5D Mark II afin d’effectuer quelques tests. La première chose que nous avons remarquée c’est qu’avec nos cartes CF Sandisk de 60Mb/s, il nous était impossible de faire plus de 50 frames avec une résolution de 1880×720 à 30 fps.

Photo_Cartes

Nos cartes n’étant pas assez rapide, le buffer saturait après peu de temps et la carte commençait à manquer des frames. Nous sommes alors descendus à une résolution de 1880×540 à 24 fps, ce qui a éliminé le problème. Nous pouvions filmer presque sans arrêt, avec comme seule limite que la carte ne pouvait pas enregistrer des clips plus longs que 4 Gb (2341 frames/Durée de 1min 37sec.). Avec du RAW, il faut des cartes avec plus d’espace parce que les cartes de 16Gb se remplissent en un claquement de doigts. Bref, si vous voulez enregistrer plus de frames avec une meilleure résolution, il vous faudra des cartes plus rapides que 60 Mb/s.

Le temps était maintenant venu de numériser les images et de tester les limites de ce RAW 14bits. La qualité de l’image sur l’écran nous a frappés. Il était difficile de croire qu’il s’agissait d’images produites par un DSLR. Le softness qui est habituellement présent dans le piétage natif H264 avait laissé place à une image hautement détaillée avec une flexibilité incroyable en post-production.

Par contre, il y avait quelques côtés moins intéressants dans le piétage RAW. L’aliasing et le moiré, habituellement présents dans les images du 5D Mark II, se sont révélés encore plus agressifs. Le meilleur moyen de réduire l’aliasing et le moiré est d’activer la fonction Absolute Zero Sharpness dans le menu Magic Lantern. Le détail des images est moins saisissant, mais il est possible d’en rajouter dans Camera RAW.

Toile
Silo

Picture Style : Zero Sharpness

zero sharpness

Magic Lantern : Absolute Zero Sharpness

absolute zero

Il n’y avait rien à faire en post-production pour arranger ça. Nous avons aussi trouvé qu’il y avait du noise assez difficile à enlever dans la majorité de nos images (spécialement dans les images plus sombres) même si nous avions réglé la caméra à 100 ISO.

En post-production, bien que le piétage soit assez flexible, il y a quand même des limites. Lorsque la coloration est trop modifiée, un quadrillage apparaît dans l’image.
Quadrillage
Quadrillage_ZOOM

Le dernier point négatif est que le workflow est très long, on ne peut donc pas utiliser le RAW pour tous les genres de projets. Il faut prévoir beaucoup plus de temps pour le traitement des images en post-production.

Voici le workflow le plus efficace que nous ayons trouvé pour traiter le piétage :

1. Le piétage RAW sort de l’appareil en fichier .raw. Pour pouvoir importer ce format de fichier dans Adobe Premiere, il faut le plugin Ginger HDR(http://19lights.com/wp/downloads/).

2. Une fois les images importées, choisir les plans et effectuer le montage. Ça se complique un peu rendu à la coloration. Vous pouvez la faire directement avec l’effet Ginger HDR, mais il y a beaucoup plus d’options dans Camera RAW.

3. Pour la coloration, reprendre les fichiers .raw numérisés de l’appareil et les convertir en images DNG avec l’application
RAW2DNG(http://www.magiclantern.fm/forum/index.php?topic=5508.0).
Il suffit de glisser tous les fichiers .raw dans la fenêtre.
RAW2DNG

01

4. Lorsque que les fichiers sont convertis, ouvrir les images DNG de chacun des plans sélectionnés dans Camera RAW pour faire la coloration.
02

03

5. Appliquer les effets à toutes les images.
05

6. Enregistrer les DNG en TIFF dans un dossier à part.
06

7.Remplacer votre fichier .raw de la séquence Adobe Premiere par une séquence d’images TIFF en sélectionnant la première image de votre dossier TIFF et en cochant la case « Numbered Stills ».
07

8. Une fois les images importées, faire un clique de droit sur la séquence d’images dans l’onglet project et sélectionner Modify et ensuite Interpret Footage pour changer le nombre de frames à 24fps.
08

9. Finalement, il faut répéter cette méthode pour chacun des plans de votre montage.

Conclusions

Positif

- Piétage RAW de 14 bits (Dynammic Range nettement amélioré)
– Flexibilité en coloration.
- Images très détaillées.

Négatif

- Aliasing & Moiré assez agressifs. Filmer avec la fonction Absolute Zero Sharpness dans le menu Magic Lantern.
- Nécessite des meilleures cartes avec plus d’espace (Minimum 60Mb/s).
- Post-production longue et exhaustive. Ne peut pas être utilisé sur tous les projets.
- Plus de Noise présent dans le piétage. Jouer avec le slider Luminance dans Camera RAW et le plugin Denoiser II de Magic Bullet

Catégorie: technique
Tags: , , , , , , ,

Cliquez ici pour communiquer avec Samuel V. Rocheleau
‹ Retour

Fatal error: Function name must be a string in /home/armadafi/my_apps/wp.armadafilms.ca/wp-content/themes/responsive/sidebar.php on line 1